Loading...

Partager son experience

Connaissez-vous réellement l'impact d'internet sur cette planète ?

Internet

Le voyage 3.0

Avec une consommation de 1.2 tonne de CO2 par an et par personne, internet, les nouvelles technologies et les français ont un piètre bilan carbone, et pas que !
Avant de planifier et de préparer votre voyage, songez déjà à comment et pourquoi réduire votre impact sur internet. Un bijou de technologie qui nous "facilite" la vie et les voyages, vraiment ? Saviez-vous que surfer sur internet consomme énormément et rejette notamment du CO2 dans l’air ? Les rejets de CO2 d’internet sont même passée au-dessus de celle de l'aviation et ne devrait faire qu'augmenter dans les années à venir, sauf si nous prenons conscience du concept d'écologie digitale et numérique.
L'écologie digitale et numérique est l’étude de l’impact sur l’environnement du numérique (en majorité internet), ainsi que des matériaux utilisés dans les appareils électroniques, dans le but d’en limiter les effets nuisibles. Elle peut se découper en trois parties : la consommation liée à la donnée, celle liée au matériel et enfin celle dû à l'impact sur notre société. Voyons ensemble comment s'y mettre.

Les datas

Premier problème, le stockage des données et leur transfert. Pour permettre d’avoir accès aux données 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, celles-ci sont stockées dans des serveurs, alimentés en continu et refroidis dans des salles climatisées qui consomment énormément d’énergie. Il faut ensuite acheminer ces données jusqu’à vous, via des infrastructures tel que des câbles, des routeurs, des box, etc. Tout cela a donc un coup écologique.
Chez Eco4trip, on vous propose quelques solutions.
Si vous avez prévu de partager votre périple, lors d'un tour du monde, via un blog ou un site internet, essayez de privilégier des serveurs web « verts » et locaux pour vos données. Par exemple, Eco4trip est hébergé en France (c’est donc moins de chemin à parcourir pour arriver jusqu'à votre téléphone ou votre ordinateur), dans des serveurs alimentés à 100% en énergies renouvelables. Pour cela, nous avons choisi Ikoula, mais d'autres plateformes existent (citons ici, Host Papa au Quebec par exemple).
A l'inverse, certains sites sont à éviter. Lors de la préparation de votre sac, évitez les achats chez certains sites marchands, comme Amazon par exemple, entreprise à l’éthique discutable et aux serveurs énergivores.
Vous comptez rester en contact avec votre copain/copine, votre grande tante, ou vous tenir informer des nouvelles relations sur copains d’avant durant votre voyage ? Les emails consomment chaque année des milliers de kilos de CO2, pensez donc à nettoyer régulièrement votre boite mail et à ne pas trop en envoyer. Modérez aussi vos ardeurs sur Facebook, Twitter ou Instagram : les vidéos sont parfois très lourdes et une photo pèse à elle seule plusieurs méga octets. Une photo max par jour sur Instagram par exemple suffit amplement. Autre conseil, hébergez votre vidéo sur un service de vidéo en ligne : plutôt que de l’envoyer plusieurs fois à vos contacts, vous pourrez envoyer un simple lien ; un email léger sera donc moins énergivore. Enfin, pendant votre voyage vous souhaitez écouter de la musique, regarder des films et faire passer le temps de trajet plus rapidement ? Tentez de vous passer des plateformes classiques de streaming, tel que Spotify ou Netflix. Hors mis le fait que ces plateformes consomment énormément, elles ne rémunèrent pas forcement bien les artistes. Comment se passer de ces services pour « tuer » le temps en bus par exemple ? C'est très simple, en sachant que 60% du trafic mondial est dû au streaming et que Netflix et Amazon prime ont la même empreinte carbone que le Chili. Alors pourquoi ne pas profiter des beautés qui s'offre à vous par la fenêtre, discuter avec les locaux, regarder un dvd (oui oui ça pollue moins) ou tout simplement faire un petit jeu entre amis ?

Les équipements électronique

Autre problématique, le matériel Hightech : métaux rares, plastiques, lithium… autant d’éléments de nos smartphones dont l’exploitation est néfaste pour notre environnement et qui ne sont pas renouvelables facilement. Beaucoup sont présents en quantité limitée sur notre planète et sont très difficiles à extraire : ils nécessitent des techniques coûteuses et polluantes (pour plus d'infos, vous pouvez lire cet article) Les batteries de nos voitures, vélos électriques, téléphones, ou ordinateurs ont la plupart du temps besoin de lithium pour fonctionner. Le salar d'Uyuni et la Bolivie en possède une des réserves les plus importantes au monde. Mais pour cela il faudrait abimer fortement un paysage magnifique, source importante de revenus pour les populations locales grâce au tourisme.
Des solutions existent pourtant, avec Fairphone par exemple, marque de smartphone Eco-Responsable, qui n'emploi pas d'enfant, avec des conditions de travail respectable et se soucis de l'environnement.

L'impact

Un point méconnu, mais bien réel, l'impact d'internet sur la société. C'est un autre fléau dû à ces nouvelles technologies, la géolocalisation. De nos jours, vous voyez un ami en haut du mont Blanc, vous voulez y aller. Vous en voyez un autre au milieu des gorges du Verdon, la même idée revient... WWF à lancé depuis Juillet 2019 une géolocalisation, IProtectNature. Et ce, à des fins de réduction du tourisme de masse sur certains sites. Ne partageant plus la position exacte du lieu, les flots de touristes seront ainsi moins important à certains endroits et nous nous retrouverons à voyager comme avant : en cherchant, en découvrant, en voyageant!

Enfin, pour conclure, notre dernier conseil consiste à répeter encore une fois que la data qui consomme le moins reste celle qui n'existe pas. Alors n'y consacrez pas trop de temps.

Allez plutôt surfer dans l'eau et moins sur internet, en plus, votre corps adorera ça.

Date: 02-09-2019 | Par Pierre-Antoine Lefort
  • Ce que tu décides de ne pas faire est tout aussi important que ce que tu décides de faire.
    Steve Jobs
    Entrepreneur, Electronicien