Loading...

Voyager en Avion

Connaissez-vous réellement votre impact sur cette planète ?

Aviation

Utiliser l'avion pendant son voyage

Avec l'avénement des comparateurs de billets, la concurrence de plus en plus accrue et les offres low cost qui se multiplient, nous nous retrouvons souvent à faire des trajets, qui, d'un point de vue Eco Responsable, sont une aberration. Faire un Paris Barcelone en passant par Helsinki n'a pas de sens, tant économique, qu’écologique. Vous nous direz que c'est pour gagner du temps ? Tout d'abord, avez-vous pris en compte le temps de trajet depuis et jusque l’aéroport, le vol, les temps d'escale, la récupération des bagages, la sortie de l’aéroport ? Sans compter les retards en constante augmentation (105% entre 2018 & 2019 selon les chiffres offciels)

Problématique

Mais le véritable souci de l’aviation est bien son impact écologique, qui n’est plus à démontrer, issue de la pollution générée au décollage et en vol. Ce moyen de transport reste toutefois moins mauvais que la voiture actuellement dans les statistiques. Mais le fait qu'il permette de faire de plus grandes distances, plus rapidement, rend les données au kilomètre un peu obsolètes. Il faut aussi prendre en compte sa consommation à l'heure qui, elle, est bien plus élevée.
Second problème : le prix. Les choix se portent généralement entre deux types de compagnies, low cost ou non. Les premières vous offrent des prix très (trop) attractifs, quand des compagnies plus classiques vous offrent une certaine sécurité et évitent (normalement) les retards et annulations. Le seul moyen d'avoir des prix inférieurs à celui d'autre transport est donc de monter dans des avions, à bat coup, qui, de plus en plus, accusent de retards et d'annulations. Les cas de Wow et Aigle Azur en sont les derniers exemples. Et les statistiques montrent que la tendance n'est pas à l'amélioration de ce côté là.

Solutions

Si vous avez vraiment besoin de prendre l'avion, quelques conseils.
Limitez au maximum son utilisation : une fréquence d'une fois tous les 5 ans reste acceptable pour partir en vacances, votre bilan carbone etant étalé sur plusieurs années.
Si possible, privilégiez les vols directs, surtout si c'est pour quelques dizaines d'euros en plus.
Evitez de vous surcharger pour ne pas alourdir l’avion. Les nouvelles règles LaTam par exemple sont légèrement absurdes avec 2 voir 3 valises en soute de 23 kilos chacune… Pour rappel vous partez en vacances, vous ne demenagez pas ;)
Privilégiez les aéroports accessible en transport en commun, cela évite de polluer encore plus et d'augmenter le traffic dans les grandes villes.
Enfin, bien que moins confortable, la classe économique est moins émettrice de CO², tout simplemnt parce que plus de personnes peuvent faire le trajet dans le même avion. Ainsi moins d'avions sont necessaires pour déplacer la même quantité de personnes.

Compensez n'est pas annuler

Enfin, plusieurs sites vous offrent la possibilité de compenser votre empreinte carbone via un finanacement d'actions ecologiques, tel que le reboisement de certaines forêts. L'initiative est louable, mais attention toutefois. Ce n'est pas parce qu'on paye pour compenser son empreinte carbone que l'on peut prendre l'avion tout les 2 jours, explication :
Selon plusieurs études sérieuses, il faut attendre au moins 20 ans pour qu'un arbre absorbe vraiment du CO2. De plus, son pic d'absorbtion se fera que des années plus tard. C'est d'ailleurs facilement compréhensible. Un arbre à l'état de pousse ne capturera pas les rejets d'un avion. Il faudra donc attendre plusieurs années avant de pouvoir reprendre l'avion en se disant : "c'est bon, mon empreinte carbone a été compensée". PS : Pensons à l'avenir et continuons tout de même à replanter des arbres

Date: 19-09-2019 | Par Pierre-Antoine Lefort
  • Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants.
    Antoine de Saint-Exupéry
    Ecivain, Aviateur